Adhérer au réseau

Quels sont les prérequis pour adhérer au réseau GBIF ?

Les membres nationaux et organisationnels du GBIF, anciennement appelés participants, représentent des gouvernements et institutions du monde entier. Notre réseau comprend également plusieurs centaines d’institutions qui publient des données sur la biodiversité ainsi que des bénévoles qui participent au nombre croissant de programmes internationaux de sciences participatives.

Qui peut adhérer

Le Protocole d’Accord (en anglais, MOU) du GBIF définit les relations formelles des membres avec le réseau. Au terme du protocole d’accord, les participants peuvent représenter

  • un pays
  • une économie
  • une organisation intergouvernementale ou internationale
  • une organisation à portée internationale

Les membres doivent signer ce protocole d’accord et exprimer leur intention de respecter ses dispositions.

Un pays devient un participant du GBIF lors de la signature protocole d’accord. Ce protocole est un instrument volontaire sans-engagement dans lequel les pays conviennent de principes généraux concernant l’accès libre et ouvert aux données sur la biodiversité. Cette signature peut provenir d’un ministre ou d’un haut fonctionnaire d’un ministère compétent ou bien d’un organisme national désigné.

Pourquoi adhérer? Quels sont les avantages de l’adhésion à GBIF?

En participant officiellement au réseau GBIF, un gouvernement offre son personnel ministériel et ses chercheurs, un éventail de collaborations avec une communauté internationale dont l’expertise peut aider à répondre aux besoins et engagements nationaux en matière d’information sur la biodiversité. Ces opportunités comprennent :

  1. Participation à des projets de mentorat et de formation dans le cadre du GBIF Capacity Enhancement Support Program
  2. Participation à des programmes comme BID (Information sur la Biodiversité pour le Développement) et BIFA (Fonds d’Information sur la Biodiversité pour l’Asie)
  3. Développement de collaborations et stratégies régionales
  4. Mise en relation avec d’autres participants du GBIF et le Secrétariat
  5. Resource d’information en accès libre et outils pour le développement d’une structure nationale d’information sur la biodiversité

Les participants intègrent principalement les données sur la biodiversité mobilisées à partir de leurs propres collections et réseaux d’observateurs avec des données d’autres pays déjà partagées via GBIF. Les chercheurs et les décideurs peuvent alors accéder et utiliser les données les plus adaptées pour répondre aux priorités nationales en matière de biodiversité.

La mobilisation des données d’institutions nationales aide les pays membres à s’acquitter de leurs obligations en vertu de la Convention sur la diversité biologique (CDB), en particulier Objectif d’Aichi 19 sur le partage des connaissances sur la biodiversité, qui à son tour soutient une série d’autres objectifs, y compris

  • Objectif 9 (espèces envahissantes)
  • Objectif 11 (aires protégées)
  • Objectif 12 (éviter les extinctions)
  • Objectif 13 (conservation des ressources génétiques)

Les données rendues accessibles par les membres du GBIF contribuent également aux objectifs de développement durable des Nations Unies (SDGs) au-delà de la conservation. Ces données permettent, par exemple, d’informer les politiques relatives à la sécurité alimentaire, aux moyens de subsistance, à la santé humaine et aux impacts du changement climatique. Les pays membres du GBIF sont également mieux à même de fournir des données sur les évaluations régionales du IPBES et de combler les lacunes identifiées dans le cadre de processus d’évaluation.

Les noeuds nationaux et organisationnels chargés de coordonner la mobilisation et l’utilisation des données sur la biodiversité collaborent avec le réseau GBIF à l’échelle régionale et mondiale. Dans ce cadre, le personnel d’un nœud peut non seulement se former mais également partager ses connaissances, ses expériences professionnelles et les meilleures pratiques pour permettre aux chercheurs et dirigeants d’utiliser ces données. Les lignes directrices pour l’établissement de nœuds efficaces sont résumées et documentées en quatre langues: français, anglais, espagnol et portugais

Les membres nationaux de GBIF maintiennent souvent leurs propres sites Web et portails de données à accès libre. Ces outils peuvent aider à informer les scientifiques, les citoyens et les décideurs en charge de la biodiversité locale, tout en soutenant les engagements internationaux et les exigences pour l’information et les connaissances sur la biodiversité.

Comment adhérer

1. Choisir la catégorie d’adhésion appropriée

GBIF a trois types de participants. Les deux premiers s’appliquent aux pays, le troisième à toutes les autres organisations.

  • Les participants votants sont des pays qui respectent les dispositions du protocole d’accord et contribuent financièrement au budget annuel de l’GBIF. Ces participants ont le droit de voter au Conseil d’administration de l’GBIF, ainsi que d’autres avantages.
  • Les participants associés n’ont pas encore cotisé financièrement au GBIF. Les participants associés peuvent participer aux discussions du Conseil d’administration mais ne peuvent pas voter. Ces pays peuvent maintenir temporairement le statut de participant associé pendant une période pouvant aller jusqu’à cinq ans après la date de signature du protocole d’accord. Pendant cette période, un pays peut choisir de devenir un participant votant, un observateur, ou peut se retirer de GBIF.
  • Autres participants associés peuvent être des organisations internationales, des organisations intergouvernementales, d’autres organisations ayant une portée internationale et des économies qui sont prêtes à respecter les dispositions du protocole d’accord. Leurs représentants peuvent assister au Conseil d’administration de l’GBIF, approuver les éditeurs de données et collaborer à des réunions régionales, des programmes de mentorat et de formation et d’autres activités, mais ils ne sont pas éligibles pour devenir des participants votants et ne sont pas tenus de faire contributions financières.

2. Envoyer une lettre d’intention

Afin de devenir un participant à GBIF, un organisme gouvernemental approprié, ou un représentant principal d’une organisation, doit envoyer une lettre d’intention officielle au Président du Conseil de direction (voir les modèles ci-dessous), exprimant l’intention de signer le protocole d’entente.

La lettre devrait indiquer que le pays/l’organisation est, en principe, en accord avec les intentions énumérées dans le mémorandum d’entente et devrait, en particulier, décrire la volonté d’établir un noeud participant, partager les données sur la biodiversité et participer activement au mise en œuvre du programme de travail GBIF.

Les lettres d’intention signées par un ministre ou un ministère ministériel devraient inclure des renseignements sur l’organisme ou l’institution qui a été désigné pour signer le protocole d’entente et représenter le pays au Conseil d’administration du GBIF.

Si un pays souhaite devenir un participant votant, il doit également exprimer sa volonté d’apporter une contribution financière à GBIF, tel qu’il est indiqué au paragraphe 9 du mémorandum d’accord, et établir les détails d’un accord financier avec le Secrétariat.

Le Comité exécutif de l’GBIF examinera toutes les pétitions pour le statut de participant et déterminera si la demande satisfait aux exigences du protocole d’accord et des règles de Procédure du GBIF. Si une requête est accordée, une copie de signature du PE sera envoyée. En ce qui concerne la participation aux votes, le Secrétariat précisera en outre les contributions financières dans un arrangement financier.

Pour plus de détails sur la procédure, voir l’article IV – conditions de participation au règlement intérieur convenu par le Conseil d’administration.

Les membres éventuels doivent adresser leurs lettres d’intention à:

Président du Conseil d’administration du GBIF
Secrétariat GBIF
Universitetsparken 15
DK-2100 Copenhague Ø
Danemark

Signer le Protocole d’Accord (MOU)

Après que le Comité exécutif de l’GBIF a reçu et approuvé la pétition pour joindre le GBIF, tel qu’il est indiqué dans la lettre d’intention, le demandeur en sera informé. Le ministre désigné, le fonctionnaire ou tout autre représentant pourra ensuite signer le protocole d’accord. Dès réception du protocole d’accord signé, le pays ou l’organisation devient un participant GBIF et recevra des informations nécessaires aux prochaines étapes, y compris la nomination d’un chef de délégation et d’un gestionnaire de noeuds.