BID Afrique 2020: subventions régionales pour la mobilisation des données de biodiversité

Subventions ayant pour but de mettre en place ou de renforcer des collaborations internationales afin d’améliorer la mobilisation des données pour la recherche et les politiques publiques liées aux besoins régionaux de développement durable.

Loxodonta-africana-iNat-PFaucher-web
Éléphant de savane (Loxodonta africana), Namibie. Photo 2020 by P. Faucher, via iNaturalist Research-grade Observations, sous licence CC BY-NC 4.0.

Objectif

Les subventions régionales visent à mettre en place ou à renforcer les collaborations internationales augmentant la mobilisation des données de biodiversité pour la recherche et les politiques publiques liées aux besoins régionaux de développement durable.

Les objectifs des subventions BID régionales pour la mobilisation des données de biodiversité sont de :

  • Mettre en place ou renforcer les collaborations internationales pour la mobilisation des données de biodiversité
  • Augmenter le volume disponible de données sur la biodiversité, durant et après la période du projet
  • Contribuer au développement durable en identifiant les politiques ou décisions spécifiques que les données mobilisées pourront soutenir

Les subventions régionales doivent inclure des activités contribuant à chacune des trois catégories de contenu ci-dessous. Chaque catégorie inclut une liste non-exhaustive des types d’activités possibles. Il est important que ces activités soient implémentées durant la période de 24 mois que dure le projet.

1. Mise en place ou renforcement de réseaux afin de soutenir la mobilisation de données et le partage de données institutionnel sur le long-terme

  • Recenser les détenteurs et utilisateurs de données via une enquête ou une étude afin de développer une stratégie pour le consortium
  • Organiser des ateliers régionaux pour promouvoir la collaboration inter-institutionnelle.
  • Formaliser des partenariats via des accords institutionnels, des politiques de partage des données, et la validation publique des stratégies de mobilisation
  • Adopter un processus de mise en ligne des données, pouvant éventuellement inclure l’installation d’outils informatiques de publication des données (par exemple la plateforme GBIF Integrated Publishing Toolkit)
  • Former les gestionnaires de données et les personnels des collections dans les institutions clés à la mobilisation et à la gestion des données, par exemple via des ateliers permettant de partager les connaissances acquises au cours de l’atelier BID de renforcement des capacités

2. Activités de mobilisation des données de biodiversité liées au développement durable:

  • Compiler les inventaires de dépôts de données de biodiversité (par exemple, mettre en place des catalogues de métadonnées)
  • Numériser et mettre en ligne les données issues de collections d’histoire naturelle, d’activités de suivi et d’échantillonnage, de séquençage génétique, de science participative, de la littérature et d’autres sources
  • Valider et publier des listes taxonomiques de référence, des listes d’espèces envahissantes ou des listes d’espèces menacées à l’échelle régionale, nationale et locale
  • Préparer des data papers (documents de données) afin d’améliorer la réutilisabilité des données de biodiversité mobilisées

3. Intégrer les informations sur la biodiversité dans les politiques et processus de prise de décision

  • Mener des enquêtes ou ateliers pour comprendre les pré-requis sur les données de biodiversité avec des cas d’étude spécifiques
  • Mettre en place des groupes d’utilisateurs pour guider l’implémentation des projets suivant des priorités thématiques identifiées
  • Mener des ateliers et des actions de sensibilisation afin de promouvoir l’utilisation de données librement accessibles, par exemple dans le cas de rapportage sur la biodiversité à l’échelle nationale.
  • Héberger des ateliers sur les techniques d’analyse des données
  • Appliquer les données de biodiversité dans les processus de prise de décision
  • Documenter les cas d’utilisation et les partager avec les partenaires régionaux

Financement

Financement maximum

  • Consortium impliquant deux pays ou territoires bénéficiaires : 60.000€
  • Consortium impliquant trois (ou plus) pays ou territoires bénéficiaires : 120.000€

L’intégralité de la subvention sera remise à la principale organisation du consortium, qui prendra la responsabilité de la gestion financière et opérationnelle du projet, ce qui inclut la soumission de rapports de suivi adéquats et la documentation associée..

Conditions d’éligibilité

En plus de respecter les critères généraux d’éligibilité, les applications pour les subventions régionales de mobilisation des données de biodiversité doivent remplir les critères suivants :

  1. Tous les projets doivent comprendre des activités répondant à chacune des trois catégories de composantes mentionnées ci-dessus.
  2. L’organisation responsable du consortium devra être une entité juridique d’un pays africain éligible.
  3. Un consortium régional doit comprendre des structures juridiques situées dans au moins deux pays africains ou territoires d’outre-mer éligibles.
  4. Les consortiums régionaux doivent inclure un partenaire ayant un rôle purement consultatif et provenant d’un pays non éligible aux fonds BID.
  5. Les projets doivent inclure un composant majeur de mobilisation de données via le réseau GBIF. Il est prévu que la majorité des fonds BID soit consacrée à la mobilisation des données de la biodiversité. A titre indicatif pour les fonds régionaux, les montants du financement BID dépensés pour la mobilisation des données ne doivent pas être inférieurs à 60% du montant total de la subvention.
  6. Les activités de mobilisation de données doivent cibler les données provenant des pays membres du consortium.
  7. Les fonds BID peuvent être utilisés pour couvrir jusqu’à 50% des frais de tout équipement informatique, électronique et de laboratoire, jusqu’à concurrence de 2.500€ des fonds régionaux. Ces équipements comprennent, sans être exhaustif, a) les équipements informatiques tels que les ordinateurs portables, les ordinateurs de bureau, serveurs, disques durs et des imprimantes. b) des licences logiciels et abonnements; c) les appareils photo numérique et scanners; d) autres équipements électriques et électroniques; e) des équipements de laboratoires tels que microscopes, les équipements de séquençage, etc. Les reçus/factures doivent être produits dans les rapports financiers.

 Ce programme est financé par l’Union européenne European Union.