BID Afrique 2020: subventions nationales pour la mobilisation des données de biodiversité

Subventions ayant pour but de mettre en place ou de renforcer des systèmes nationaux d’information sur la biodiversité, et d’augmenter la mobilisation des données de la biodiversité afin de répondre aux priorités nationales

Adenium-multiflorum-iNat-SWyatt-web
Impala lily (Adenium multiflorum), Chitengo, Mozambique. Photo 2016 par Sarah Wyatt via iNaturalist Research-grade Observations, sous licence CC BY-NC 4.0.

Objectif

Les subventions nationales cherchent à mettre en place ou à renforcer les systèmes nationaux d’information sur la biodiversité, et à augmenter la mobilisation des données de biodiversité afin de répondre aux priorités nationales.

Les objectifs des subventions nationales BID pour la mobilisation des données de biodiversité
sont de :

  • Mettre en place ou renforcer les systèmes nationaux d’information sur la biodiversité
  • Augmenter les données disponibles sur la biodiversité, sur la durée du projet et ultérieurement
  • Soutenir la réutilisation des données de biodiversité en réponse aux priorités nationales de développement durable

Les noeuds GBIF existants et les institutions postulant à une subvention nationale pour poursuivre un projet BID devront démontrer comment ils planifient la mise en place de leurs activités en tant que point nodal, ou les résultats obtenus grâce à la première subvention.

Les candidats de pays non membres du GBIF postulant pour la première fois devront promouvoir la participation de leur pays dans le réseau GBIF, et prendre des mesures pendant la durée du projet pour inciter les représentants adéquats du gouvernement à prendre part au processus visant à devenir Participant national, via la signature du Protocole d’Accord (Memorandum of Understanding en anglais) du GBIF.

Les subventions nationales doivent inclure au moins une activité contribuant aux catégories suivantes. Il est important que ces activités soient mises en place durant la période de 24 mois que dure le projet.

1. Renforcement des capacités des systèmes nationaux d’information sur la biodiversité

  • Evaluer les besoins des détenteurs et des utilisateurs de données sur la biodiversité (avec la description des méthodes d’évaluation)
  • Développer un plan stratégique pour le système d’information sur la biodiversité
  • Organiser des ateliers pour les acteurs nationaux afin d’impliquer la communauté des détenteurs et utilisateurs de données sur la biodiversité
  • Formaliser les partenariats au travers d’accords institutionnels, politiques de partage des données, et validation publique des stratégies de mobilisation.
  • Etablir des structures de gouvernance pour les systèmes d’information sur la biodiversité (incluant des représentants des ministères et des institutions-clefs détenant ou utilisant des données sur la biodiversité, etc.)
  • Mettre en place une infrastructure pour le système d’information sur la biodiversité pour soutenir la gestion et la publication de données
  • Former des acteurs du domaine sur la mobilisation et la gestion des données, par exemple via des ateliers pour partager les connaissances acquises durant l’atelier BID de renforcement des capacités

2. Activités de mobilisation des données de biodiversité liées au développement durable

  • Compiler les inventaires de dépôts de données de biodiversité (par exemple, mettre en place des catalogues de métadonnées)
  • Numériser et mettre en ligne les données issues de collections d’histoire naturelle, d’activités de suivi et d’échantillonnage, de séquençage génétique, de science participative, de la littérature et d’autres sources
  • Valider et publier des listes taxonomiques de référence, des listes d’espèces envahissantes ou des listes d’espèces menacées à l’échelle régionale, nationale et locale
  • Préparer des data papers (documents de données) afin d’améliorer la réutilisabilité des données de biodiversité mobilisées

3. Intégrer les informations sur la biodiversité dans les politiques et processus de prise de décision

  • Mener des enquêtes ou ateliers pour comprendre les pré-requis sur les données de biodiversité avec des cas d’étude spécifiques
  • Mettre en place des groupes d’utilisateurs pour guider l’implémentation des projets suivant des priorités thématiques identifiées
  • Mener des ateliers et des actions de sensibilisation afin de promouvoir l’utilisation de données librement accessibles, par exemple dans le cas de rapportage sur la biodiversité à l’échelle nationale.
  • Héberger des ateliers sur les techniques d’analyse des données
  • Appliquer les données de biodiversité dans les processus de prise de décision
  • Documenter les cas d’utilisation et les partager avec les partenaires régionaux

Financement

Financement maximum: 40.000€ par projet

Conditions d’éligibilité

En plus de respecter les critères généraux d’éligibilité, les applications pour les subventions nationales de mobilisation des données de biodiversité doivent remplir les critères suivants :

  1. Tous les projets doivent inclure des activités contribuant à chacune des catégories de contenu listées ci-dessus. Les candidatures doivent être soumises par le coordinateur de projet, qui coordonnera les activités du projet au nom des partenaires du projet. Le coordinateur de projet doit être affilié à une entité légale d’un des pays africains éligibles. Le coordinateur de projet sera responsable de la gestion et du rapportage de projet.
  2. Les candidatures doivent inclure au moins deux instituts, agences ou associations non-gouvernementales nationales et adéquates en tant que partenaires du projet.
  3. Tous les projets doivent inclure une composante majeure de mobilisation des données dans le réseau GBIF. Il est attendu que la majeure partie du financement BID soit alloué à la mobilisation de données. Pour référence concernant les subventions nationales, le montant de financement BID dédié aux activités de mobilisation des données ne devrait pas être inférieur à 60% du budget total.
  4. Les activités de mobilisation des données doivent se concentrer sur les données relatives à la biodiversité du pays cible.
  5. Le financement BID peut être utilisé pour couvrir jusqu’à 50% des coûts des équipements informatiques, électroniques et de laboratoire, pour un maximum de 2.500€. De tels équipements incluent, entre autres, a) les équipements informatiques tels que des ordinateurs de bureau ou portables, serveurs, disques durs et imprimantes ; b) les licences de logiciels et leurs abonnements ; c) les appareils photos numériques et scanners ; d) les autres équipements électriques et électroniques ; e) l’équipement de laboratoire y compris les microscopes, outils de séquençage, etc. Les factures devront être fournies dans les rapports financiers.

Systèmes d’information sur la biodiversité

De nombreux acteurs d’un pays ou organisation donnés peuvent être impliqués dans la collecte, l'organisation et l’utilisation de données sur la biodiversité. Ces différents groupes ne bénéficient généralement pas des efforts fournis par les autres, soit parce que les informations existantes ne sont pas facilement découvrables ou accessibles, soit car les efforts sont dupliqués, chacun passant du temps sur les mêmes tâches sans se concerter.

Au sein du réseau GBIF, le groupe de personnes coordonnant les activités nationales dans le but d’assurer une coopération efficace et une mise en commun des ressources et informations est un “système d’information sur la biodiversité”. En utilisant des outils et techniques développées et mises en pratiques par les membres du réseau GBIF, ces groupes maintiennent des liens forts et des solutions partagées pour gérer et accéder aux données.

Le GBIF existe pour soutenir ses états et organisations membres — ou, plus formellement, ses Participants — dans la mise en place de ces réseaux. En signant le Protocole d’Accord Memorandum of Understanding du GBIF, les Membres s’engagent à mettre en place un point nodal Participant qui coordonne un système d’information sur la biodiversité. Plus de détails sur les systèmes d’informations sur la biodiversité sont disponibles dans le guide, Establishing an Effective GBIF Participant Node, également disponible en français, portugais et espagnol.


 Ce programme est financé par l'Union européenne.